Changement de cap…

EN RETRAITE? PAS VRAIMENT…

Il n’y a pas eu de publication depuis longtemps? Disons que la profession d’analyste d’affaires est derrière moi. Étant de retour à Québec et maintenant retraité – professionnellement – depuis juillet 2017, j’investis mon temps sur la recherche ethnologique, plus particulièrement en voie de compléter un mémoire sur la préservation du patrimoine autochtone.

UN SURVOL DE LA RECHERCHE

Juste pour vous tenir au courant, travaillant depuis plusieurs années sur l’histoire du mât totémique du Le Nid de l’Aigle, présent au Jardin Zoologique du Québec de 1933 à 1995, je scrute les événements ayant conduit à son acquisition et son démantèlement, afin d’entamer une réflexion sur la préservation du patrimoine autochtone, espérant qu’on puisse utiliser cette recherche pour éviter des erreurs futures lorsqu’il s’agit d’une appropriation culturelle.

Le Nid de l'Aigle
1943 – Paul Carpentier Totem au Jardin zoologique de Québec BAnQ 02123

Il faut pardonner la méconnaissance quand des décisions malheureuses surviennent, l’information disponible au moment de les prendre est parfois insuffisante, faute de moyens ou de ressources. Et quand on commence à creuser, au point que la variété des documents consultés s’accumule et résulte en une masse d’information incontrôlable, on se ressaisit. Ce qui demande une meilleure organisation chronologique des sources, d’une part, et un examen plus approfondi de fonds privés d’archives pour aller au-delà des sources numériques disponibles en ligne, déjà très nombreuses. Le moment est venu de lever le couvercle sur des boîtes à trésors insoupçonnés, qui à leur tour nous orientent sur de nouvelles pistes et permettent de donner un nouveau souffle à une recherche qui piétine parfois par lassitude.

Novembre 2018 a été utilisé à cette fin, avec maintes visites au pavillon Louis-Jacques-Casault où loge « le kilomètre zéro du réseau des archives au Québec ». C’est là que sont conservés les documents du Fonds privé de la Société zoologique de Québec Inc. – 1931 à 2016 (P625), qui comporte 6,85 mètres linéaires de documents textuels et iconographiques. Pour chaque contenant, la description détaillée de chaque contenant du fonds a été examinée; ont été retenus les dossiers les plus pertinents qui permettraient de faire progresser les connaissances sur le cycle de vie du mât. Le résultat de cette première revue, une première expérience également, s’est avéré bien utile pour mieux articuler la recherche.

Les notes de recherche sur lesquelles je travaille couramment sont distinctes du corps de texte de la recherche, qui retrace l’histoire complète du mât au moment où il a été sculpté vers 1870 sur les rives de la rivière Nass à 1 000 kilomètres au nord de Vancouver, dans le village maintenant abandonné de Gitiks, jusqu’à 2007 au moment où le démantèlement du Nid de l’Aigle a été porté à ma connaissance. Ces notes serviront à mettre à jour le corps du texte, qui contextualise les événements à la lumière des recherches ethnographiques accumulées sur la côte Nord-Ouest, plus particulièrement sur la culture Nisga’a d’où provient ce mât.

Une réflexion est en cours sur la publication éventuelle des notes et du corps de texte, rédigé sous forme de mémoire de recherche.

Mais pour un clin d’œil sur la culture Nisga’a et Tsimshian, consulter l’album Pinterest Northwest Coast Heritage – en construction. En ce qui a trait à la meilleure source ethnographique sur cette culture, le Handbook of North American Indians, Volume 7, Northwest Coast a aussi été une source documentaire inestimable, dont certains chapitres spécifiques font partie du matériel de recherche.

Pour enrichir l’information repérée à BAnQ, on a utilisé l’outil de recherche de Bibliothèque et Archives Canada. Couramment, on explore le millier de documents attachés a 5 fonds numériques traitant de la correspondance sur les mâts totémiques en Colombie-Britannique (photos et coupures de journal), une série de cahiers noirs produits par Affaires indiennes du  Canada de 1914 à 1938. On a particulièrement porté attention au contenu du dernier fonds de la série qui couvre de 1931 à 1938, période où le mât a été acheté. On a pu récupérer la plupart des correspondances de l’ethnologue Marius Barbeau, du controversé Surintendant des Affaires indiennes Duncan Campbell Scott,  et du sous-ministre L.A. Richard (1)  les 3 acteurs principaux pour l’acquisition du mât, afin d’en faire l’analyse, qui est en cours.

1929 -Mâts remorqués rivière Nass -  MCH nc 73044 LS
1929 Marius Barbeau – Mâts remorqués rivière Nass – MCH nc 73044 LS

Pour le moment, quelques « trous » dans le fil des événements sont à combler, notamment l’information sur le transport à partir de Prince-Rupert, en Colombie-Britannique. Il est étonnant que cette arrivée par train, et son transport à Charlesbourg, n’apparaissent pas à quelque part dans les médias de l’époque, dans la région de Québec. Comme c’est Marius Barbeau qui a été en charge de ce trajet, on envisage de travailler avec le gestionnaire de son fonds, au Musée de l’histoire à Ottawa, pour éventuellement retracer des documents en traitant.

Un autre aspect crucial est de retracer le rapport des années 90 qui fait état de sa détérioration, recommandant son abattage d’une pièce importante de patrimoine culturel autochtone, tel que mentionné dans un article du journal le Page A3 du journal Le Soleil du 3 mars 1995 (BAnQ collection patrimoniale).

Pour les nostalgiques
ZOO
Visite du jardin zoologique de Québec. BAnQ Numéro de référence: FC06075

Et si le coeur vous en dit, pour vous plonger à l’époque des documentaires sur à la musique comme on en retrouve dans Le temps d’une paix, et sa narration typique des années 50, regardez ce documentaire produit par l’Office de publicité de la province de Québec, une visite du jardin zoologique de Québec et présentation de quelques espèces d’animaux. Qui sait, peut-être apercevrez-vous le Nid de l’Aigle?


Notes :

(1) Sous le règne de Hector Laferté, alors ministre de la Colonisation, de la Chasse et des Pêcheries de 1930 à 1934, au moment de la création du Jardin zoologique de Québec

(2) Source de l’illustration : Totem poles at Kitwanga – Grand Trunk Pacific Railway (lien)

Votre opinion est appréciée...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s