Aquarelle numérique

Un studio dans votre sac à bandoulière? C’est maintenant possible, avec le iPad, fort heureusement.

L’écoute du morceau « Small 2 », de l’artiste SERAFIM TSOTSONIS, est à l’origine de la création de cette vidéo expérimentale. Jérôme, un descendant amérindien qui vivra toute une aventure en étant à la recherche des ses origines, éprouve un chagrin particulièrement difficile au décès de son grand-père. Sans savoir pourquoi, je l’imagine soudainement en train de naviguer à travers les brumes du petit matin après une longue nuit d’armes, en affrontant l’immensité du lac Saint-Jean devant lui. Le village riverain de Mashteuiatsh est d’ailleurs réputé pour ses brumes bleues matinales.

Malheureusement, cette idée initiale a dévié hors de mon contrôle. Je n’avais jamais dessiné ce personnage hérité de mes souvenirs de jeunesse, un jeune amérindien ayant traversé jadis les plaines tranquilles de ma vie. Un premier dessin, réalisé dans la nouvelle app Paper, a conduit à la création des autres, comme par effet de cascade. C’est en les ajoutant dans la table de montage un après l’autre qu’une infime partie de ce récit en devenir prend vie. Une plongée dans l’imaginaire que je n’attendais pas, pendant un peu plus d’une semaine, à travers des itinéraires en métro, en autobus et en picolant des allongés dans mes refuges préférés, quelle expérience de créativité pour sursoir la morosité de certains pans de l’existence!

C’est le plaisir de tirer la tablette du sac à bandoulière, aussi accrochée à l’épaule de Jérôme, ironiquement dois-je constater après coup Elle est confectionnée dans le même tissu canevas que la grosse veste violet rosé de sa grand-tante, provenant d’un des lés tissés sur ce vieux métier qui occupe une bonne partie du second plancher de la maison de campagne de son frère, le grand-père de Jérôme. Il aime bien les cadeaux de ses grand-parents, mais cela fait suer son père, exilé dans la grande ville, habitant près des moulins à papier qui exècrent leur odeur sulfureuse et sont une représentation iconique de l’anéantissement des forêts, par les Blancs.

Cette vidéo expérimentale a donc été créée de toute pièce sans avoir ouvert mon ordinateur portatif une seule fois. Je ne suis pas un aquarelliste ni un dessinateur chevronné, ces aquarelles numériques en font foi. La palette de couleur est limitée, mais quand même, on se tire d’affaires avec un petit outil convivial et ultra simple. Je ne suis pas un riche producteur ni un réalisateur reconnu, mais l’app iMovie m’a aidé à tirer profit des aquarelles numériques en utilisant des transitions et des effets de type Ken Burns pour appliquer des panoramiques sur des images fixes. Juste cette technique permet de dynamiser les images et de les faire parler autrement.

Il nous vient rarement à l’idée de pouvoir réaliser beaucoup de tâches avec un seul petit appareil qu’on trimbale avec soi tous les jours dans son sac à bandoulière. Encore moins de s’imaginer monter de la vidéo assis dans une rame de métro, dans un autobus ou simplement en sirotant son café. On comprendra mieux cette affection pour ma tablette, mon pauvre HP Pavilion dm3 est au rancart, le pauvre… Le mot ordinateur portatif sera d’ailleurs un archaïsme bientôt, si on surveille la progression de la vente des tablettes. Selon le groupe Gartner, il y en aura plus de 350 millions en circulation, en 2016, dont près de 170 millions de iPad. Un immense marché pour les fabricants de sac à bandoulière!

Votre opinion est appréciée...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s