Un « Totem Pole » pour le 1er Juillet 1933

Un « trésor folklorique » à préserver

En 1964, Raymond Cayouette, responsable des volières et rédacteur des Carnets de zoologie, décrit l’arrivée du mât en mai 1933 dans son article Le Totem du Nid de l’Aigle. Nous n’avons pas retracé de document illustrant son élévation. Les deux photos d’archives suivantes donnent un aperçu d’une des techniques utilisées pour élever un mât afin d’assurer sa stabilité. Elles furent prises lors des travaux de restauration à Kitwanga, dont on a discuté précédemment.

Erecting totem pole No. 19
Bibliothèque et Archives Canada – Fonds CNR – 1926
BAC 3349321
Totem pole no. 19 looking northeast, showing the bottom of the new pole.
Kitwanga, B.C. Harlan I. Smith – July 29, 1925
Musée canadien de l’histoire
MCH 64327 LS

Ouvrons une parenthèse. La comparaison de l’information apparaissant dans chacune des fiches provenant de deux sources différentes démontre comment il est parfois difficile de disposer de tous les détails permettant de bien faire parler des photographies. C’est pourquoi il faut gérer méthodiquement ses sources documentaires et apprendre à utiliser différents fonds d’archives disséminés en Amérique et en Europe. Par exemple, la première photo provient de Bibliothèque et Archives Canada, sans attribution d’auteur. La seconde provient du Musée canadien de l’histoire; on constate qu’elle est de Harlan I. Smith, cité par Cayouette, dans son explication de l’arrivée du mât.

Lorsqu’en 1933, on érigea le mât totémique au Jardin Zoologique il y eut sans doute moins d’apparat, mais on prit tout de même d’ultimes précautions pour préserver ce trésor folklorique. Le mât était venu par chemin de fer de Prince Rupert en Colombie, en deux morceaux, car on avait dû le sectionner pour le transport. Fraîchement restauré sous la direction experte de monsieur Harlan I. Smith du Musée national, il était reçu à la fin de mai 1933 par monsieur Louis-Arthur Richard, principal fondateur du Jardin, le docteur Armand Brassard, directeur de l’institution et les directeurs de la Société Zoologique. On dut le fixer à une poutre d’acier encastrée dans toute sa longueur et l’asseoir sur une base solide de béton de respectable dimension. Par crainte des foudres de l’Oiseau-tonnerre, on fixa au sommet du mât un paratonnerre, qui sans doute fut très utile par la suite!

Remarquez que Cayouette mentionne qu’il fut élevé avec moins d’apparat. Il fait probablement allusion à la cérémonie d’élévation tenue lors d’un potlatch. Comme il se réfère à des textes de Barbeau à la fin de son article, il est sans doute au courant du déroulement de ces cérémonies. Deux lacunes importantes, souvent mentionnées par les conservateurs, allaient contribuer à fragiliser le mât: la poutre encastrée sur toute sa longueur et la séparation du mât en deux tronçons pour le transport. Ce furent deux portes grandes ouvertes à l’infiltration, conduisant plus facilement à la pourriture. Traditionnellement, on creuse un grand trou et la partie du tronc qui n’est pas sculptée est enterrée dans un nid de roches. On illustre cette pratique en troisième page du meilleur article académique sur la conception des mâts totémiques : Making Northwest Coast Totem Poles, publié par le Centre Bill Reid de l’université Fraser en Colombie-Britannique. Contrairement à ses deux cousins du ROM et du MOA conservés à l’intérieur, il fut exposé aux rudes intempéries du Québec, pendant plus de 60 ans. Le Nid avait également séjourné plus de 60 ans dans le climat particulièrement humide des tourbières de la Côte Nord-Ouest, ayant élevé dans les années 1870 pour une première partie de son existence. Même si les conditions optimales pour bien le conserver n’ont pas été mises en place, il aura été résistant, se rendant à un âge vénérable : plus de 120 ans…

Une tradition qui ne se perd pas

Totem Pole raising ceremony in Haida Gway – Paula Worthington 2017
Zen Seekers

Mais l’élévation des mâts est une tradition qui se perpétue sur la Côte Nord-Ouest, même si nous sommes relativement peu informés des pratiques culturelles de l’ouest dans l’est du pays. Une recherche sur Google permet de dénicher un nombre considérable d’articles traitant de ce sujet. Retenons ces quelques exemples contemporains.

Le troisième article explique pourquoi le gouvernement de la Colombie-Britannique dut faire amende honorable.

  • Une cérémonie, pour élever un mât totémique historique Haïda au parc provincial Peace Arch, a pour objectif de redresser un tort subi par trois groupes des Premières Nations de la Colombie-Britannique. Ce mât est une réplique d’un mât du village Haïda de Skedans, sculpté pour le Royal British Columbia Museum par Mungo Martin, sculpteur Kwakwaka’wakw renommé.
  • Il a été élevé devant le centre d’accueil du parc dans les années 1950, sur le territoire traditionnel de Semiahmoo près du poste-frontière. Lors de la reconstruction de ce centre, il y a dix ans, le mât avait été retiré sans préavis ni consultation. « Nous sommes tous concernés par ce qui s’est passé ici, il y a si longtemps, et nous sommes ici pour faire une réconciliation avec ce qui s’est passé », a déclaré la conseillère de Semiahmoo, Joanne Charles, lors de la cérémonie d’élévation du mât. « Le gouvernement provincial effectue maintenant ce travail pour redresser la situation. »
  • John Horgan, le premier ministre de la Colombie-Britannique, a présenté ses excuses pour le mauvais traitement accordé à un mât culturellement significatif. « Il n’y a pas eu de cérémonie au moment où le mât a été élevé pour la première fois. Il n’y a eu aucun respect quand le mât a été abattu et, au nom de la province de la Colombie-Britannique, je veux m’excuser auprès de toutes les personnes impliquées », a déclaré Horgan.

Le mât de la réconciliation
University of British Columbia 3 avril 2017
Ouvrir le plan du mât

Votre opinion est appréciée...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s